Dylan : le Chef d’orchestre du Bistrot – le portrait hyper complet

Il est temps de vous raconter l’histoire de Dylan, le patron (pour ceux qui ne le savaient pas encore). Accrochez-vous : il en a fait des choses avant de se retrouver Boulevard de Beaumont à Rennes !

Tout commence à Roscoff, la ville qui a le droit d’avoir une soirée en son honneur ! Papa Louvel tente de dissuader son ado’ de faire carrière dans le merveilleux secteur du CHR ( qui ne signifie pas Commission Hydrologique du Rhin contrairement à ce que nous dit l’wikipédia mais bien Cafés Hôtels Restaurants). « Tu fais ce que tu veux, mais pas de restauration …. Tout mais pas ça, ça demande trop de concessions ! ». Et il parle en connaissance de cause vue qu’il tenait un hôtel-restaurant gastronomique « Le Jardin d’Agnès ». Mais le jeune Dylan est indépendant et veut travailler. Le Winch Pub lui donne sa chance et le voilà en saison comme serveur (avec une dérogation parce qu’il n’est pas encore assez grand). Après le Winch, on le retrouve à l’ouverture de la Moussaillone – il y fera quasiment tous les postes -pizzaïolo, crêpier, plongeur, serveur et responsable de salle- évidemment pas tout en même temps ! Sinon on aurait mis comme titre : Dylan le Superman aux 200000 bras !

Papa Louvel insiste : « Non, tu ne feras pas de restauration ! ». Dylan fait donc des études générales (un bac STG spécialité marketing) mais comme c’est un filou (et qu’il faut bien gagner sa croûte), il fait des extras. Il allait bosser en cuisine, ce qui lui évitait de manger à la cantine le midi, et lui faisait un peu d’argent d’poche – valable ! Et l’hiver, il était dans les champs pour les fameux oignons de Roscoff – déjà bien courageux l’garçon !

Un jour, alors qu’il est magasinier au WBS, il déguste du vin en attendant les gros bateaux remplis d’anglais . Et là, c’est l’ ILLUMINATION (n’ayons pas peur des mots !) – il est transporté par les arômes. Dylan vient de tomber amoureux du vin. C’est décidé – il veut avoir plus de connaissances en oeonologie et veut suivre une formation dans le secteur. Papa Louvel lui dit « Non ».

Alors il étudie le commerce internationale pour obtenir un BTS ( mais il tient 1an sur les 2). C’est décidé, Dylan veut des diplômes pour valider ses expériences dans la restauration et le bar. Et il va en avoir ! Dans la même année, il passe un CAP + un CQP + un Bac Pro. Et comme il devait lui rester un peu de temps dans sa journée, il en profite pour suivre une formation de caviste – viticulture et oenologie.

A l’époque, il avait un peu moins de poils.

Avec ses milliards de diplômes en poche, il peut maintenant aller travailler où il le souhaite. Il sera maître d’hôtel en traiteur pour le Stade Brestois mais aussi à La Butte – on vous en a déjà parlé dans le portrait de Maugan.

Mais une fille lui brise le coeur, alors il décide de partir en saison à Megève. Et le voilà avec son costume 3 pièces sous la neige à distribuer son CV dans tous les restaurants. A l’Alpaga, hôtel 5*, on lui dit « Fais tes preuves et on avisera ». Et ils l’ont collé derrière le bar – où il n’y avait pas beaucoup de passage… « Mais comment je fais mes preuves s’il n’y a pas de clients ?! » grommelle Dylan dans sa barbe qu’il n’a pas (enfin, j’l’imagine comme ça la scène). Alors, il s’auto forme sur les cocktails et propose aux clients du sûr mesure – dites moi ce que vous aimez, je m’occupe du reste ! Et ça paye : il décroche un contrat.

Arrive alors la saison d’été, le moment idéal pour revenir dans sa région de coeur, la Bretagne. C’est à l’hôtel La Vallée à Dinard qu’il choisit de travailler (il avait le choix entre 3 établissements mais le *format* de l’équipe lui convenait bien. Une plus petite équipe donc plus de responsabilités !). Et rebelote, reviens la saison d’hiver ! Il remet son joli costume et fait une saison complète à l’Alpaga comme responsable Sommellerie et Bar. Mais le jeune Dyloo a envie d’ailleurs – couillu comme il est, il postule pour rejoindre Les Chefs de France (Bocuse, excusez du peu :D) aux USA. 48h après, le jeune roscovite est Chef de rang en Floride. Comme il a beaucoup de talent, il passe assistant manager et gère une équipe de 40 commis et 80 serveurs. Mission accomplie pour Dyloo : il a de bien belles références sur son CV, est reconnu par ses pairs et a un peu le cul qui brille ! (et tu as bien raison :)).

Après cette expérience de l’autre côté de l’océan, il a besoin de remettre un peu les pieds sur terre. Il remonte dans l’avion et retourne à Roscoff – au Winch Pub ! Il a pleins de trucs à leur raconter 🙂 Le temps passe, et Dylan a la bougeotte – repartir à l’étranger ? Pourquoi pas ! Mais on le rattrape en lui proposant un poste de maître d’hôtel dans le restaurant gastronomique Rackham qui s’apprête à ouvrir. Ooooh, du challenge ! Dylan accepte et s’investit dans le projet comme si c’était le sien. Il forme le personnel, met en place la carte des vins et boissons …. mais tout ne se passe pas exactement comme prévu. A ce moment là, il est dégoûté du secteur de la restauration et veut quitter Roscoff. Comme il a quelques amis à Rennes, il s’y installe. Il se pose boire un coup à La Grappe – et de fil en aiguille, c’est lui qui se retrouve à en servir ! Le reste du temps, il travaille à la Smala où il rencontre une certaine Amélie. Et paf, notre coeur d’artichaut retombe amoureux de son métier – et heureusement, sinon on ne serait pas là à vous en parler !

Dylan à la Grappe – pas vraiment en train de travailler 😀

Mais la neige lui manque apparemment … et on lui propose un poste de Maître d’hôtel à Tignes. Il prend le train et arrive sur place. Mais l’hôtel Le Taos a recruté une bande d’amateur – Dylan doit les former, faire un peu de cuisine, du service et le voilà Assistant Responsable du restaurant. Tout ce qu’il ne voulait pas – il avait l’impression de revivre certaines expériences … Alors pour se remonter l’moral, quoi de mieux que de retourner à Roscoff ?! (quand on vous dit qu’il faut suivre :D). Le Winch Pub est un peu en galère à ce moment là, et comme Dylan est un homme de coeur, il va filer un coup de main.

Un jour, Vinicom vient le débaucher – il se retrouve Responsable Produits – mais trop de logistique pour peu de commerciale – ça l’fait pas. C’est alors que Laëtitia (alors directrice de la Vallée) met Dylan en relation avec un certain Pierre, qui vient d’acheter un PMU dans le quartier de la gare à Rennes et qui cherche un co propriétaire et gérant.

L’Arrivée a failli être un bar PMU vieille France mais 1 mois avant l’ouverture, les deux hommes discutent et Dylan confie à Pierre « Dans la vie, j’ai un rêve – j’aimerai tenir un p’tit bistrot où il y aurait une super cave à vin, une à charcuterie et une à fromage – les gens viendraient déjeuner de bons petits plats, on travaillerait qu’avec des petits producteurs … ». « Banco, on vend la caravane ! » lui rétorque Pierre (ce n’est peut être pas exactement ça qu’il a dit mais c’est l’esprit).

Pour que le projet se concrétise, Dylan appelle Amélie et lui propose un poste en cuisine – elle accepte ! Pour le vin, il fait appelle à un copain passionnant et passionné Léo Plouhinec.

Un jour, Amélie attend un heureux événement (il paraît que c’est même Dylan qui a acheté son 1er test de grossesse). A son retour de congé maternité, elle passera en salle (mais vous le savez déjà vu que vous avez lu son portrait !). Et Maumau sera embauché en cuisine. Léo a envie d’autres choses – il faut lui trouver un remplaçant, en la personne de Max’ !

Aujourd’hui, le Bistrot l’Arrivée a 2 ans et 6 mois – on ouvrirait bien une petite bouteille !

C’était tellement risqué de faire cette photo !

En parlant d’équipe, ils en pensent quoi, eux, de leur patron ?

Comment définirais tu ta relation avec Dylan ?

Amélie : Joker ! (ok, on respecte, cela ne nous regarde pas :D)

Max’ : on fait semblant de s’aimer- on n’a jamais pu se sentir (est ce utile de préciser que c’est ironique ? :°))

Maumau : c’est mon patron mais aussi un bon pote ! J’trouve qu’on gère plutôt bien le pro/perso. Nos échanges sont sains et j’suis très content qu’il me fasse confiance.

Si Dylan était une soirée ou un événement de l’Arrivée ?

Amélie : Soirée Suze !

Max’ : Soirée Beaujolais ou Soirée Gros pinard qui tâche

Maumau’ : Soirée Suze !

Si Dylan était une boisson ?

Amélie : de la Suze !

Max : Boire à la bouteille du rouge qui tâche et se rincer l’gosier avec une lampée de Suze

Maumau : de la Suze !

Enfin, si Dylan était un plat ?

Amélie : Un truc à la Suze !

Max : Une mousse au chocolat

Maumau : Un gratin de choux-fleurs – avec les beaux produits de chez nous 🙂

Et pour finir ce portrait : Le mot du Patron !

« Merci à vous pour votre investissement au quotidien – ce qui fait le charme de notre équipe, c’est aussi sa complexité ! Gros bécots ♥♥♥ ».

Petit message personnel :

Je n’arrive plus à me souvenir pourquoi un jour j’ai poussé la porte du bistrot – c’était quoi l’prétexte ? 😀 Aujourd’hui, je suis tellement fière de faire un peu partie de l’équipe, tellement fière de ce que vous faites au quotidien, tellement fière de toi Dylan ! Ton énergie est contagieuse en plus 🙂 Et puis, quand je pense à vous, je vous vois en train de vous marrer et c’est tellement agréable…Pour moi, si tu étais une soirée ou un événement, ce serait celle que tu n’as pas encore faite et le marc’had (parce que c’est tellement toi !). Une boisson ? La Suze parce que tu en es l’égérie sinon un verre de vin (ton préféré tant qu’à faire). Un plat ? Un plat convivial, rassurant avec de l’oignon dedans. Et toi aussi tu as le droit à ton cadeau :

Si tu l’as déjà, tu pourras l’échanger bien sûr !
Tu m’excuseras si je me suis plantée sur un ou deux trucs pour ton portrait – j’ai ptèt raté un retour à Roscoff 😀